Compte rendu de Tournoi: Skaeth va à la chasse ou La belle et les bêtes

 
Voici mon compte rendu du tournoi qui s’est tenu à la semaine dernière Chambéry avec pas moins de 20 participants qui ont rejoint la Grande BAF de la chandeleur. Mon récit va être bien sûr être totalement subjectif et j’ai sûrement oublié et transformé de nombreux éléments, voici les choses telles que je m’en souviens (avec des ajouts un peu disnépiques pour rendre le tout plus digeste). Je crois avoir retenu le prénom/pseudo de chacun de mes adversaires et je m’excuse d’avance si une faute s’est glissée dans l’orthographe du nom de ces sympathiques personnes.

Niveau deck, je choisis la bande à Skaeth que j’apprécie tout particulièrement pour sa robustesse et polyvalence. Vous trouverez le deck et l’explication de comment je joue la bande dans cet article. Avec deux nouvelles bandes sorties récemment (le jour d’avant) (Spoiler alert : on va en reparler rapidement), je préfère avoir une bande que je connais bien et qui a plusieurs manières de remporter une partie pour m’adapter au mieux à ces nouvelles menaces. J’ajoute ici les trois conditions de victoire pour cette bande qui sont pour une moi une de ses grandes forces et auxquels je ferai référence dans la suite de l’article.

1    La décapitation : si le deck ennemi est basé sur un combattant particulier (les goules, par exemple), la chasse peut en venir très vite à bout et laisser la bande adverse pantelante pour le reste de la partie
     La disruption : même si les corps ne s’amoncèlent pas, le deck peut scorer des points relativement facilement et empêcher l’autre de jouer son jeu. La deckliste contient un bon nombre de points de gloire qui peut surpasser l’adversaire si son plan de jeu est assez brouillé.
3    La destruction : Skaeth avec un tome et une ceinture qui sème la panique chez l’ennemi. Que dire d’autres ?



Prélude
Everything is awesome

Le tournoi s’annonce bien puisque nous sommes 6 de la communauté genevoise à s’y rendre (Spoler alert : durant les rondes, je ne rencontrerai aucun de mes compatriotes, ce qui est cool quand on se déplace pour rencontrer de nouveaux joueurs). Nous avons Gwai en Banshees, l’invétéré éthéré qui ponctue chaque tournoi d’un thème song hyper répétitif (pour celui-ci : « Everything is awesome », rien que ça), Grimnir en Goulies, l’expert des règles et des decks de fou, Thunderkiss en Thundrick, la bonne humeur et les bons jeux de mots pétris en un cher être de chair, Altahyr en Gob de la nuit, l’impassible génie tactique qui règle ses problèmes au boulet et Samuel en Skaven, l’homme aux muliples talents et à l’humour affûté. Avec une telle équipe, le choix de chanson de Gwai est donc particulièrement adapté.  

On arrive au lieu du tournoi et nous sommes reçus par Eric et Pauline, les deux organisateurs, qui ont toutes les qualités de parfaits hôtes : sympathiques, chaleureux, accueillants, bienveillants, prévenants, concernés, organisés et créatifs. C’est un réel plaisir d’être si bien reçu avant même le début du tournoi. Une table est dressée avec de nombreuses collations et on se croirait à une réception de l’ambassadeur. Eric et Pauline nous gratifieront de nombreuses surprises durant tout le tournoi et nous aurons entre autres droit à des crêpes faites sous nos yeux ébahis, puisque c’est la chandeleur ! Les joueurs commencent à affluer et le tournoi, qui se fera sur 5 rondes en BO, s’ouvre sur ma première rencontre.


 Ronde 1: Mathieu
Il y a quelque chose, il y a quelque chose que hier encore il n'y avait pas (Spoiler alert: c'est Nurgle)(Dans les faits, hier, la bande était sur les étals, mais bref…)

On s'assoit et Mathieu sort ses figurines. Nurgle. Wahou, je connais pas du tout cette bande qui est sortie hier et du coup, je ne sais pas du tout comment jouer contre. En plus, ils sont mastocs et du coup, Skaeth va devoir donner de lui-même pour ouvrir les grosses armures. Mathieu, de manière très sympathique m'introduit tous les combattants de sa bande en me faisant une description très détaillée de chacun d'eux. Du coup, je vois un peu de quoi Nurgle parle, mais je ne sais vraiment pas à quoi m'attendre. Mathieu choisit de placer les plateaux en décalé avec un goulot d'étranglement bourré de cases fatales (Spoiler alert: Skaeth n'approuve pas les plateaux en quinconce). Du coup, je mets mes attaquants "rapides" (leader, chat, archer) devant, tandis que deux frappeurs restent en arrière pour se positionner sur les objectifs. Nurgle se déploie très bien, aux extrémités de son board, ne me laissant quasi aucune cible à portée (tristesse).  La partie commence et je charge ce que je peux (le boucher est juste à ma portée) et m'agglutine sur lui en marquant quelques immédiats, dont risque calculé (pas si calculé que ça contre Nurgle puisque ça le rapproche particulièrement de sa condition d'exaltation).  Le boucher succombe et ça, c'est une très bonne nouvelle pour quelqu'un qui joue la curée et qui dispose déjà d'un scoring automatique de la carte à venir.  On passe au scoring et je marque quelques points gratuits (ah, tiens, un de mes combattants est exalté, c'était compliqué). Du côté de Mathieu, c'est le grippage complet du deck et rien ne sort. Ne connaissant pas Nurgle, je suis plutôt rassuré. La partie continue sur ce schéma avec le chat, Skaeth et l'archer changeant de cible pour se concentrer sur le gros Nurgle à la lance pendant que l'autre moitié de la bande passe son temps à jouer zig zag zoug de l'autre côté du plateau. Quelques blessures sont occasionnées et la team du chaos s'exalte, mais Mathieu n'obtient aucun bouclier sur ses jets et le lancier s'écroule après quelques attaques bien placées. La leader restera bien cachée dans un coin, mais ne scorera qu'un point en détruisant un objectif tandis que j'aurais bien des difficultés à scorer les miens, mais la curée remontera le tout.

Score final (de mémoire): 9-1

Condition de victoire: Disruption


Ronde 2: Ron

Je ne savais pas  (Spoiler alert: jouer contre l'Ogor)

Ron, je le connais. Je le surnomme Thunderat, du fait de son superbe deck Thundrick converti en Rat Ogre avec même des cartes qui représentent des Skavs plutôt que des nains en armure (le gars, en plus d'être un excellent joueur, est aussi un incroyable peintre et un orfèvre de photoshop, rien que ça). Il a d'ailleurs l'habitude de bien m'apprendre comment jouer et me vainquant à chacune de nos rencontres (Spoiler alert, ça va continuer).  Il va remporter la partie haut la main et du même coup me gratifier de nombreux enseignements extrêmement précieux. L'Ogor, lui, par contre, je le connais pas. Ron me fait un petit défilé des combattants et m'explique longuement la particularité de chacun d'eux. Après cette belle présentation, je me dis: "Ok, j'ai compris." (Spoiler alert: j'ai rien compris). Les informations m'ont été données avec plein de gentillesse et d'exhaustivité de la part de Ron. Par contre, leurs implications m'ont totalement échappé. Et pour preuve. On lance les dés. On se place sur des plateaux bien en face. Et quand je pose ma dernière figurine, j'ai déjà perdu.

Ron joue extrêmement bien en me plaçant une case fatale derrière deux cases de départs contiguës (j'aurais peut- être déjà dû choisir un plateau qui ne lui laissait pas cette opportunité). Appréciant peu l'idée de me faire empaler, puis repousser sur la case fatale, je vais complétement négliger ces deux emplacements de départ, ce qui me laisse beaucoup moins de choix (et qui est une grossière erreur). Finalement, ma bande se retrouve un peu dispersée aux quatre vents avec Skaeth coincé contre un mur proche de la ligne médiane du terrain. Et là, j'ai une incroyable idée (Spoiler alert: ce n'est pas une incroyable idée): je me dis que si je mets le chat à une case de l'ogre, devant lui, puisque le pauvre animal a deux points de vie, s'il est touché par un tir d'arbalète, il mourra (j'en vois déjà qui compose le numéro de la SPA ), mais au moins, il n'inspirera pas la bande ennemi. Fier de ma trouvaille (mais moins de mon sacrifice sans cœur d'un félin pour le déroulement du plan), j'entame la partie. Et nous passons sans transition au drame.

Ron gagne l'initiative et la prend. Son poseur de piège se déplace devant mon chat, laisse tomber le piège et Ron joue un Centre de l'attention qui fait mourir mon félin au pied de son ogre. En une activation et une carte, sans jet de dés, Ron vient 1) de tuer un de mes combattants 2) de gagner un point de victoire 3) exalter toute sa bande du fait de mon mauvais placement et de sa superbe planification. La suite est quelque peu floue, mais Skaeth se retrouve coincé contre son mur alors que l'ogre lui saute dessus au corps à corps et survie miraculeusement grâce à un critique. Je joue extrêmement mal mes objectifs, ne sachant pas si je dois me concentrer sur l'assassinat du leader ou privilégier l'équarrissage de la piétaille. Du coup, je défausse la curée, pour me rendre compte que je ne peux pas laisser vivre une montagne qui me fauche pour 3 points de gloire à chaque fois un de mes fougueux guerriers. Du coup, je concentre mes attaques sur lui et fini par en venir à bout, bien maigre consolation face à tous les mauvais choix qui m'amènent à perdre la partie avec un écart que j'aurais aisément pu réduire.

Score final (de mémoire): 8-17

Condition de défaite: mauvais placement, débâcle du choix des objectifs


Ronde 3: Mathéo

L'histoire pas éternelle (Spoiler alert: l'éternité des banshees touche à sa fin)

Je passe 5 bonnes minutes à m'extasier devant les conversions de Banshees de Matéo qui sont superbement bien peintes (Spoiler alert: elles vont gagner le premier prix de peinture). On discute et Matéo qui connaît Grimnir, m'apprend plein de trucs de peinture (merci à lui!). Banshees je connais pour les avoir déjà rencontrées et je sais qu'elles peuvent être juste terribles. Pour améliorer le tout, Mathéo a la bonne idée de mettre les plateaux de biais en me proposant de passer près de 3 cases fatales regroupées pour l'atteindre en formant un tunnel. A nouveau, ce sont le chat, l'archère et Skaeth qui sont positionnés pour s'engager alors que les autres restent sur l'arrière à réviser Sun-Tzu. J'ai des objectifs privilégiant l'agression et je prends le parti d'aller en terrain miné pour bousculer un peu les ladys. Bien mal m'en prend d'abord puisque je n'arrive qu'à m'enferrer sans grand succès dans le goulot créé par Mathéo. Les choses s'empirent alors qu'une Banshee transformée pour l'occasion en sirène appelle Skaeth qui traverse deux cases fatales et se retrouve à l'agonie. Du coup, les dames blafardes se jettent sur lui pour l'achever, mais, une à une, elles ratent leurs jets d'attaque et je n'ai même pas besoin de lancer mon seul dé de défense. Une Banshee particulièrement odieuse empoisonne Skaeth qui tombe à un point de vie à la fin du tour. Mathéo gagne l'initiative au tour suivant et tente encore une fois d'assassiner le leader cornu qui n'aurait besoin de n'être que repousser pour rencontrer son créateur. Les dés roulent et ne dévoilent que des marteaux et l'attaque se solde encore une fois par un échec. Particulièrement motivé d'avoir eu une chance hors du commun, Skaeth décapite une à une les sombres dames massées autour de lui et le tour 2 se termine avec une absence des êtres éthérés sur le plateau alors que l'elfe glorieux est consumé par le poison. Le tour 3 se résume à une recherche des seuls objectifs que je peux scorer sans victime. Je m'excuse en fin de partie auprès de Mathéo pour ses jets catastrophiques qui ont mené à un vide total en termes de jeu pour lui et en réponse, il me gratifie généreusement de plein d'enseignements supplémentaires sur la peinture (je n'ai désormais plus aucune excuse pour mal peindre).

Score final (de mémoire): 16-1

Condition de victoire: Destruction (et surtout un débol ultime de mon adversaire)


Ronde 4: Alex: Goulies

C'est la fête (Spoiler alert: les goules ne sont pas conviées au banquet)

Alex me présente ses géniales conversions de bretonniens à l'air Cthulhuesque avant de commencer la partie. Après quelques sympathiques échanges, nous plaçons les plateaux et, forcément, il prend les objectifs de son côté. Les goules, je connais bien puisque je les affronte régulièrement, menées par les deux GG de Genève, Gwai et Grimnir, des joueurs de haut niveau. Mon deck est pensé pour avoir des réponses à cette bande dont la monstrueuse (dans tous les sens du terme) population permet en général à mes guerriers un apport de gloire conséquent. Mais je sais aussi que les nécrophages peuvent scorer à une vitesse démente et qu'il peut être très compliqué de les entraver. Je pioche ma première main et j'ai le plaisir d'y voir Centre de l'attention, une carte qui permet de bien mettre le chaos dans les rangs adverses (Spoiler alert: un miaulement suraigu va faire tourner quelques têtes). Je me place très en avant, face aux goules, prêt à fondre sur elles. Je gagne l'initiative et laisse à Alex le plaisir de d’initier les hostilités. Comme il se doit, il commence à prendre les objectifs et j'attends que deux d'entre eux soient occupés pour jeter mon chat au milieu, boule de poils qui devient immédiatement, comme il se doit, le centre de l'attention, retirant deux goules de leurs pions objectifs. Alex prend alors la décision d'essayer de contre attaquer et m'envoie son lieutenant à massue sur Skaeth, qui pousse un soupir quand le fémur géant de la créature s'écrase à ses sabots sans avoir fait de dommages. Mon leader prend ça comme un signe qu'il s'agit de s'y mettre et se jette dans la mêlée en choisissant un nouveau venu sur un objectif. Je score N'arrêtez pas de frapper alors que quatre de mes guerriers s'exaltent tandis qu'Alex se défausse d'un certain nombre d'objectifs de positionnement désormais très compliqués à scorer. Le tour suivant est une mêlée où ma bande est bien à son aise. Une Aura de commandement sur le chef barbu des goules permet à Alex de scorer quelques points et une confusion bien placée d'exalter toute la bande. Entre temps, mes combattants ont prélevé un lourd tribut chez les nécrophages et Skaeth collectionne les trophées avec une ceinture et un tome. Le troisième tour est la continuité du bain de sang avec un Skaeth qui se gave de victimes.

 Score final (de mémoire): 26-8

Conditions de victoire: Disruption et Destruction


Rondes 5: Victor: Ogor

Tuons la bête (Spoiler alert: c'est l'Ogor)

Le retour de l'Ogor. Cette fois, c'est le jovial Victor qui va le jouer. L'Ogor, je le connais désormais un peu mieux, mais j'accepte volontiers la sympathique et précise présentation que m'en fait Victor pour essayer cette fois de bien comprendre les implications de chacun des combattants. On se place et j'essaye d'éviter toutes les erreurs commises auparavant, même si une case fatale très bien placée par Victor menace toujours mes combattants d'un coup de carreau qui toucherait sa cible. Je pioche ma première main et remarque un Chercheur de Gloire et une Attaque exaltée (Spoiler alert: ces deux cartes auront une importance plus tard). La deuxième carte ne m'est actuellement d'aucune utilité et c'est bien le risque de son inclusion dans une bande dont les combattants ne sont exaltés que durant le tour 2. Victor prend l'initiative et tente de m'empaler le combattant qui est près de la case fatale, heureusement sans succès. Encore traumatisé par l'introduction pénible vécue avec Ron, le guerrier en question fonce sur le gnoblar poseur de piège qui est à une extrémité du plateau et l'exécute sans autre sommation, se mettant du même coup à distance de l'Ogor (Spoiler alert: en fait, ce n'est pas le cas). Victor trouve un moyen de gagner un point de gloire (sans doute un risque calculé ou un coup de semonce) et le dépense pour mettre sur son leader l'Instinct de chasseur. Je lis la carte. Puis je relis la carte. Puis je rerelis la carte. A chacune de mes activations, l'Ogor va pouvoir se pousser d'une case. Voilà…En une carte, tout mon placement profondément réfléchi s'écroule…Et effectivement, après une attaque de mon archère, l'Ogor se pousse d'une case et retente d'embrocher une nouvelle fois sans succès la cible qu'il avait déjà visée. Jusque-là, j'hésitais encore entre la stratégie d'évitement de l'Ogor pour traquer ses petits amis ou la focalisation de mes forces pour abattre le géant. L'Instinct de chasseur a au moins le mérite de rendre les choses très claires: la bête doit mourir!

Je sonne le cor pour gagner en précision, souhaitant VRAIMENT que mon prochain coup porte (Spoiler alert: ma tristesse va être palpable à ma prochaine action). L'Ogor, vraisemblablement agacé par sa cible qui ne cesse d'éviter ses traits, devient plus personnel et le charge pour le rater à nouveau. Mon soulagement est de courte durée, alors que Victor joue la carte qui permet de refaire une attaque qui vient d'être ratée et écrase définitivement mon elf, s'exaltant du même coup avec toute sa bande. Skaeth, rageur, s'équipe d'un Chercheur de gloire, déplace un objectif pour pouvoir charger dessus et lance son javelot sur l'Ogor qui rate lamentablement sa cible malgré ma relance. Le tour 1 s'achève avec nos deux leaders se jaugeant du regard. Je garde en main l'attaque exaltée (Spoiler alert: elle va bientôt servir). Et le tour 2 commence. Un piège, un dard de la créature au nom imprononçable, une potion de rage et un Chasser en meute surgissent dans ma main. Victor prend l'initiative et l'Ogor fait voler un carreau géant qui siffle à nouveau près des oreilles d'un elfe sans le toucher. Un dard de manticore sort du corps de Skaeth, devenu en un instant une créature chimérique alors qu'il s'équipe de la Potion de rage. Victor voit où je veux en venir et l'Ogor fait un clin d'œil à son toutou pour établir un Lien empathique. La chasse est ouverte tandis que l'archère et le chat viennent se coller à l'Ogor. Ce dernier, chaussant ses bottes de sept lieux s'échappe d'une enjambée pour se retrouver sur une case de départ éloignée mais toujours à portée de Skaeth. Le centaure avale férocement sa potion de rage et fond sur sa proie préparant son attaque exaltée. Les dés roulent et trois critiques apparaissent, sonnant le glas de l'Ogor. Sans leader pour les protéger, la bande des gnoblars et du tigre à dent de sabre deviennent des proies faciles qui sont rapidement exterminées au prix de mon chat. Victor jour très finement son dernier tour, puisque ne possédant désormais aucune figurine, il va chercher  activement des objectifs qu'il peut scorer tout en jetant mon archère dans un piège avec une double distraction et finit en marquant de nombreux points de gloire malgré sa position précaire.

 Score final (de mémoire): 16-9

 Condition de victoire: Décapitation

 
Le tournoi se termine se termine et on passe à la remise des prix. Eric et Pauline ont prévu des montagnes de lots et chacun repartira chez lui avec de nombreuses cartes et un set de pinceaux ! Trop cool ! Déterminé par les points de gloire puisque personne n’a cinq victoires, j’ai la chance d’obtenir la première place sur le podium, suivi de très près par Altahyr. Niveau peinture, c’est Mathéo qui remporte très largement la première place avec ses plus que superbes Banshees alors que je me place en troisième.

Voilà, il a s’agit d’un super tournoi, autant par l’ambiance que par son organisation ! Je tiens encore une fois à remercier Eric et Pauline pour le grand investissement qu’ils ont offert. J’ai rencontré que des joueurs hyper sympas et passé de très bons moments avec eux lors des parties. Ça confirme ce que je pensais déjà : la communauté underwolrds est au moins aussi cool que le jeu en lui-même et lui apporte une dimension vraiment très chaleureuse !

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Qu'en est-il des bandes de la saison 1 ( Shadespire) dans Beastgrave?

Pourquoi lancer les dés c'est nul

Le poing sur les règles: comment ne plus jamais se tromper